La promesse OhBio!

À l’origine, nous étions de fiers producteurs maraîchers de l’île d’Orléans. Aujourd’hui, nous affichons nos couleurs comme pionniers de la production de fraises biologiques du Québec. Voici les questions les plus souvent posées par nos clients et les principales étapes de notre démarche pour populariser cette culture encore peu répandue.

Par ailleurs, nous souhaitons que les pratiques biologiques deviennent progressivement la norme au Québec. Ainsi, nous collaborons avec des chercheurs et nos confrères producteurs en participant à des groupes de travail et des projets de recherche. Nous sommes transparents quant à nos pratiques et nous avons à cœur de démocratiser la culture locale de fraises et framboises biologiques.

Pourquoi choisir l’agriculture biologique?

Nous sommes la quatrième génération à cultiver les terres de la Ferme Jean-Pierre Plante. Ce terroir représente un héritage des plus précieux, il était donc tout naturel d’adapter nos pratiques culturales à notre mode de vie : nos quatre enfants se nourrissent presqu’exclusivement d’aliments biologiques! Nous voulions également en faire bénéficier nos visiteurs et leur offrir des produits de la terre de qualité supérieure. Même si cela représente un immense défi technique, nous produisons des fruits selon les principes qui nous nourrissent.

Pourquoi les fraises biologiques sont si rares au Québec?

Les techniques pour produire des fraises et des framboises biologiques sont en plein essor au Québec. Comme les normes de certification de la province sont parmi les plus exigeantes au monde, elles requièrent beaucoup de patience, d’essais et d’erreurs. À la Ferme Jean-Pierre Plante, depuis plus de cinq ans, nous développons le savoir-faire qui nous permet de cultiver des fraises biologiques sur une grande superficie. Nos champs sont en processus de conversion et si tout se passe comme prévu, toutes nos terres seront certifiées biologiques en 2021.

Comment faites-vous pour ne pas utiliser de pesticides?

La santé des sols est à la base de l’agriculture biologique. Nous nourrissons nos terres de compost et d’engrais verts et nous pratiquons la rotation des cultures afin de générer des sols riches. Pour éviter l’invasion de ravageurs, nous relâchons des insectes prédateurs – les mêmes qu’on retrouve dans la nature – sans oublier l’ajout de filets pour protéger nos plants. Au centre de la ferme, un boisé de biodiversité accueille insectes pollinisateurs, chauves-souris et merles bleus qui se délectent d’insectes nuisibles. La culture biologique nécessite énormément de travail manuel : en plus des récoltes et de l’entretien des plants, le désherbage se fait à la main.

Pourquoi les fruits biologiques coûtent plus cher?

Les techniques de production biologique nécessitent plus de temps et beaucoup de travail! Une rotation des champs sur plusieurs années est nécessaire afin d’améliorer la structure des sols. Bâtir une population de prédateurs pour la lutte biologique est un bon investissement. Évidemment, tout ce qui est fait à la main est onéreux, sans oublier le coût des inspections et de la certification.

Comment pouvez-vous offrir des fruits biologiques si vos voisins ne le sont pas?

Nous respectons à la lettre les normes de certification d’Écocert Canada en instaurant des zones tampons (des distances entre les cultures) et des haies brise-vent entre nos terres et celles de nos voisins, dont l’un est producteur d’ail bio. Puisque toute agriculture en plein champ se fait dans un environnement ouvert, les fruits et les légumes sont exposés indirectement à ce que la nature transporte. Les haies brise-vent sont donc d’une importance capitale dans le succès de nos démarches pour vous offrir des produits biologiques.